Le Chantier Naval de Halifax Marque une Étape Importante avec la Cérémonie Conjointe D’appellation du NCSM Margaret Brooke et du NCSM Max Bernays

HALIFAX (N.-É.) : Aujourd'hui, au chantier naval de Halifax, les constructeurs de navires, les membres de la Marine royale du Canada, les gouvernements fédéral et provincial ainsi que les familles de deux héros de la marine canadienne ont marqué une autre étape importante de la construction navale en baptisant officiellement les NCSM Margaret Brooke et Max Bernays.

Les deux navires font partie de la flotte de six (6) navires de patrouille extracôtiers et arctiques (NPEA) livrés à la Marine royale canadienne dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale. Les navires de patrouille extracôtiers et de l'Arctique sont de grands navires résistants aux glaces, de plus de 100 mètres de long, et conçus pour mener diverses missions dans les eaux canadiennes, y compris dans l'Arctique. Les navires seront capables d'effectuer une surveillance armée en mer, ce qui permettra au gouvernement de connaître la situation des activités et des événements dans ces régions. Ils seront également en mesure de coopérer avec leurs partenaires des Forces armées canadiennes et d'autres ministères afin d'affirmer et de faire respecter la souveraineté du Canada, au moment et à l'endroit voulus.

Le baptême d'un navire est un rituel chargé d'histoire et de tradition navale. Ce rituel, qui remonte à plusieurs siècles, est censé porter chance au navire et à son équipage et leur permettre de voyager en toute sécurité.

Allyson Brooke, la plus jeune nièce de Margaret Brooke, est la co-promotrice du NCSM Margaret Brooke avec Margaret Elizabeth Brooke (sa sœur aînée). Il s'agit du deuxième navire AOPS et il a été livré à la Marine royale canadienne l'été dernier.

Shannon Bernays est la petite-fille de Max Bernays et la marraine du NCSM Max Bernays, le troisième navire qui sera livré à la Marine royale canadienne cet automne.

HMCS Margaret Brooke

Margaret Martha Brooke s’est enrôlée comme infirmière diététiste militaire le 9 mars 1942 au grade d’enseigne de vaisseau de 1re classe (Ens 1). Elle a été promue au grade de capitaine de corvette intérimaire le 1er juillet 1946, puis à celui de Lieutenant de vaisseau le 1er janvier 1948 et finalement, à celui de capitaine de corvette (Capc) le 1er avril 1957. Elle a servi dans la Marine royale canadienne de 1942 à 1962.

Née en 1915 à Ardath, en Saskatchewan, la Capc Brooke a étudié afin de devenir diététicienne avant le début de la Seconde Guerre mondiale, et elle a décidé d’en faire son métier au moment de son enrôlement.

Le 14 octobre 1942, lors d’une traversée du détroit de Cabot au large de Terre-Neuve, le traversier SS Caribou a été torpillé par le sous‑marin allemand U69. Le traversier a coulé dans un délai de cinq minutes. Se battant pour sa propre vie, la Capc Brooke (qui était Ens 1 à ce moment) a fait tout ce qui était humainement possible de faire pour sauver la vie de sa collègue et amie, l’Ens 1 Agnes Wilkie, infirmière militaire, lorsque les deux femmes se sont cramponnées aux cordes d’une embarcation de sauvetage chavirée. Malgré les efforts héroïques déployés par la Capc Brooke pour garder son amie près d’elle en la tenant d’un seul bras, cette dernière est décédée dans les eaux glacées. Pour avoir fait preuve d’un tel dévouement, la Capc Brooke a été nommée membre de l’Ordre de L’Empire britannique.

Après son retour à la vie civile, Margaret Brooke a fait des études universitaires en paléontologie à l’Université de Saskatchewan, où elle a obtenu un doctorat. Elle est l’auteure de nombreuses études de recherche dans ce domaine.


Allyson Brooke, Kevin Mooney

Margaret Brooke s’est éteinte à Victoria le 9 janvier 2016. Elle avait 100 ans.

«La famille Brooke est très reconnaissante à la Marine royale d'avoir honoré notre tante Margaret pour son héroïsme, » explique Allyson Brooke la marraine du NCSM Margaret Brooke. «Elle était une femme humble et ne se vantait pas de la reconnaissance qu'elle recevait, mais je sais que lorsqu'on lui a parlé de ce grand honneur, elle était très heureuse et fière. C'était le cadeau parfait pour son 100e anniversaire. »

«Le navire est à son image à bien des égards", a expliqué Mme Brooke. «Elle était une combattante, mais aussi une personne qui avait à cœur les missions humanitaires. La capacité polyvalente de ce navire à protéger le Canada en cas de nécessité en plus d’être capable à livrer de l'aide humanitaire, lui plairait particulièrement.»

HMCS Max Bernays

Le troisième navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique (NPEA) porte le nom du premier-maître (PM) Max Bernays, un héros de la marine canadienne qui a servi en tant que capitaine d'armes du navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Assiniboine pendant la bataille de l'Atlantique de la Seconde Guerre mondiale.

Max Bernays est né en 1910 à Vancouver, en Colombie-Britannique. Il a servi dans la Réserve des volontaires de la Marine royale canadienne (RVMRC) en 1929 et a travaillé pour la Compagnie nationale de navigation du Canada dans les années 1930. Bernays est rappelé par la Marine royale canadienne au début de la Seconde Guerre mondiale. En mars 1942, Bernays avait atteint le grade de premier-maître intérimaire et était le capitaine d'armes à bord du NCSM Assiniboine, un destroyer de la classe River.

Le 6 août 1942, pendant un intense combat de canon de surface contre le sous-marin allemand U-210, le NCSM Assiniboine profita du brouillard pour tenter d’éperonner et de couler le sous-marin ennemi. Les deux bâtiments lançaient des obus brisants à très courte distance, causant un incendie qui ravagea le pont et la timonerie de l’Assiniboine. Entouré par les flammes et la fumée, pendant qu’il pilotait le navire, le PM Bernays ordonna à deux marins subalternes de quitter leur poste, le laissant seul à la barre et prisonnier de l’incendie. Assiégé par les flammes, il exécuta tous les commandements à la barre de manière à mettre l’Assiniboine en position contre le U‑boot, ainsi que les tâches des deux télégraphistes, transmettant plus de 130 commandes par télégramme à la salle des machines. Plusieurs balles et obus atteignirent la timonerie, car l’ennemi concentrait ses tirs de canon et de mitrailleuse sur le pont. En fin de compte, l’Assiniboine éperonna et coula le sous-marin allemand U-210, dans ce qui fut considéré comme étant un combat âprement disputé, au cours duquel les Canadiens enregistrèrent un mort et 13 blessés. Le PM Bernays a reçu la Médaille pour actes insignes de bravoure pour sa vaillance et son sens du devoir émérite au combat.

Shannon Bernays

Le PM Bernays reçut la Médaille pour actes insignes de bravoure (C.G.M.) pour le courage et le dévouement impavide au devoir dont il a fait preuve durant le combat. Il fut l’une des deux personnes à recevoir la C.G.M. pendant la Seconde Guerre mondiale.

«Max Bernays était un fier Canadien qui se souciait de ses coéquipiers et aimait son pays,» a déclaré Shannon Bernays, la marraine du NCSM Max Bernays. «La famille Bernays est honorée par cette reconnaissance. J'aurais aimé que mon grand-père Max soit ici. Il aurait été très modeste quant à la reconnaissance de sa véritable bravoure et de son service. Mais il aurait été ravi d'être parmi ses compatriotes de la Marine et à bord de ce magnifique navire de classe mondiale. Nous souhaitons à l'équipage une bonne santé et de bons voyages.»

CITATIONS :

"Aujourd'hui, à Halifax, nous avons officiellement nommé deux nouveaux navires de patrouille extracôtiers et arctiques, le NCSM Margaret Brooke et le NCSM Max Bernays - en l'honneur de deux héros de la marine canadienne. Je tiens à remercier le chantier naval Irving pour son excellent travail sur ces deux navires qui serviront les Forces armées canadiennes pendant des décennies." L'honorable Filomena Tassi, ministre des Services publics et de l'Approvisionnement

"La Nouvelle-Écosse est le meilleur endroit au monde pour construire des navires, car la construction navale est dans notre sang. Irving a perpétué cet héritage et veillera à ce qu'il se poursuive longtemps dans l'avenir. Ces navires ont été construits par des Néo-Écossais pour des Canadiens. Ils sont un exemple de la qualité que peuvent atteindre les Néo-Écossais dans les métiers spécialisés." Le premier ministre Tim Houston, province de la Nouvelle-Écosse

" La Stratégie nationale de construction navale crée des emplois et de l'activité économique partout au Canada, y compris localement à Halifax où le nombre d'entreprises et de travailleurs bénéficiant de ce programme a considérablement augmenté depuis 2015. En tant que prochains navires de patrouille extracôtiers et de l'Arctique à être ajoutés à la flotte, le baptême officiel du NCSM Margaret Brooke et du NCSM Max Bernays est une étape importante dans notre travail visant à équiper la Marine royale canadienne et la Garde côtière canadienne des navires dont elles ont besoin pour protéger les intérêts canadiens." Andy Fillmore, député de Halifax et secrétaire parlementaire du ministre de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie.

"Je suis très fier de penser aux héros navals dont ces navires portent le nom, et très optimiste de penser à l'incroyable capacité qu'ils apportent à la Marine royale canadienne et au Canada." Vice-amiral Craig Baines, commandant de la Marine royale canadienne

"C'est un jour de fierté pour notre équipe de plus de 2100 constructeurs de navires. Ces deux navires démontrent la réussite de la Stratégie nationale de construction navale du Canada. À ce jour, le travail de la flotte de combat à Irving Shipbuilding a généré plus de 4,35 milliards de dollars d'investissements à travers le Canada. Nous sommes également fiers d'être le plus grand employeur d'apprentis au Canada atlantique, car nous continuons à développer des carrières qui changent la vie des générations à venir. De notre équipe aux équipages de ces beaux navires, nous vous souhaitons bon vent et bonne mer." Kevin Mooney, président d'Irving Shipbuilding

CONTACT : Mary Keith

VP Communications

Irving Shipbuilding

Bureau : 902-484-2435

Cellulaire : 506-650-8209

Courriel : keith.mary@irvingshipbuilding.com

Published:

Lorsque vous construisez au Canada.

Vous investissez dans le Canada.

J’appuie la construction de navires à Halifax qui soutient l’économie et renforce l’industrie ici, et dans des collectivités partout à travers le Canada.

Rejoignez-nous pour demeurer au fait des actualités concernant la construction navale canadienne :

Demeurez au fait des actualités, y compris des événements, possibilités, informations sur l’industrie de la construction navale canadienne, campagnes de sensibilisation et communications connexes par le biais de bulletins, publications et autres communications électroniques d’Irving Shipbuilding Inc (ISI).

Suivez-nous sur les médias sociaux.