Une nouvelle étude examine les intentions de carrière des les jeunes des Premières Nations de la N-É

Ingénieur en acoustique, tuyauteur, biologiste marin, océanographe, soudeur, architecte naval, technicien en dessin, officier de navigation, ce ne sont là que quelques exemples de possibilités de carrière dans l’industrie marine.

Il semble naturel que les étudiants de la Nouvelle-Écosse soient au courant de ces carrières, si l’on se fonde sur la géographie de la province et la quantité d’activités qu’offre l’industrie. Pourtant ce n’était pas ce qui ressortait de l’étude sur les intentions et les perceptions des étudiants de Marine People Partnership en 2016.

En juin 2017, le Marine People Partnership (MPP) a mené une étude très similaire auprès des écoles de la Mi'kmaq Kina'matneway en Nouvelle-Écosse pour voir ce que les élèves autochtones de la province pensaient des carrières dans l’industrie maritime et les métiers spécialisés.

En partenariat avec les écoles de la Mi’kmaq Kina’matneway en Nouvelle-Écosse, le MPP et l’Institut de recherche océanographique (IORE), l'étude a été menée en juin 2017 auprès de 83 élèves des Premières Nations de la 6e à la 12e année. L’enquête visait à mieux comprendre la connaissance, les intentions, les perceptions et les attitudes des élèves à l’égard des carrières dans la région de façon générale, et des professions liées à l’industrie maritime et aux métiers spécialisés.

L'étude a constaté un manque d’intérêt pour les carrières dans le domaine maritime, ce qui pourrait être principalement attribuable à l’absence de connaissances concernant le large éventail de carrières dans le secteur.

Les jeunes des Premières Nations de la Nouvelle-Écosse sont mal informés sur les possibilités de carrière dans l’industrie maritime
« Améliorer les connaissances et la compréhension des possibilités locales chez les jeunes constitue un facteur important pour renforcer l’économie régionale et encourager les jeunes des communautés des Premières Nations à envisager une carrière dans l’industrie maritime », a déclaré le DSherry Scully, principale auteure des études et directrice du développement de l’apprentissage et organisationnel chez IORE.

Aujourd’hui, la Nouvelle-Écosse est en croissance dans de nombreux secteurs de l’industrie maritime, y compris la construction navale, la technologie océanique, l’énergie marémotrice ainsi que la pêche et l’aquaculture. Cette croissance nécessite plus de travailleurs dans les métiers spécialisés, les postes liés à la technologie océanique, ainsi que les professions axées sur les océans et les sciences appliquées.

Au cours des 30 prochaines années, Irving Shipbuilding revitalisera la flotte de combat du Canada en construisant jusqu’à 21 navires modernes. L’entreprise emploie actuellement plus de 1 800 personnes et augmentera constamment son effectif pour atteindre plus de 2 400 employés au plus fort de la construction des navires de combat canadiens de la Marine royale du Canada.

Grâce à des initiatives comme les camps d'été dans construction navale de SuperNova à l’université Dalhousie et Our Ocean Playground, le Centre d’excellence en construction navale Irving du NSCC et le MPP œuvrent conjointement pour mieux faire connaître aux jeunes les carrières qu’offre l’industrie maritime et les inciter à les découvrir.

Les travaux du Marine People Partnership sont soutenus par l’engagement de la proposition de valeur d'Irving Shipbuilding axée sur le réinvestissement de 0,5 % du total des contrats conclus au titre de la Stratégie nationale de la construction navale dans des projets visant à renforcer l’industrie maritime.

Des élèves ont participé à des camps d’été dans la construction navale, mis en œuvre par SuperNOVA. Soutenus par le Centre d’excellence d’Irving Shipbuilding au Nova Scotia Community College, les camps sont conçus pour apprendre aux enfants comment les navires sont construits, qui les construit, ainsi que des principes comme la flottabilité, la propulsion, l’électricité et les sciences océaniques.
Published:

Plus d'histoires