Une étude examine l’intérêt des jeunes du Nouveau-Brunswick pour les carrières maritimes

Une étude publiée récemment souligne le besoin de sensibiliser les jeunes du Nouveau-Brunswick aux possibilités de carrières dans l’industrie océanique, notamment la construction de navires et d’embarcations, l’aquaculture, l’énergie marémotrice et les technologies océaniques.

Se fondant sur leur précédente étude axée sur les intentions et les perceptions des étudiants (Student Intentions and Perceptions Study) menée en Nouvelle-Écosse, les chercheurs du Marine People Partnership de l’Institute for Ocean Research Enterprise, ainsi que le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick, ont sondé plus de 3 200 élèves de la 6e à la 9e année, au Nouveau-Brunswick, concernant les carrières dans l’industrie océanique.            

Comme les élèves néo-écossais, les jeunes du Nouveau-Brunswick étaient peu intéressés (13 % dans les deux provinces) par une carrière dans l’industrie maritime, mais les élèves néo-brunswickois étaient moins sensibilisés aux carrières maritimes et donnaient plus de réponses négatives lorsqu’ils étaient interrogés sur leur intérêt pour le secteur océanique.

Cette recherche du Dr Sherry Scully et du Marine People Partnership, parmi d’autres, sur les besoins en ressources humaines dans le secteur maritime canadien est partiellement financée par l’engagement pris par Irving Shipbuilding au titre de la proposition de valeur dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale du Canada. Grâce à cet engagement, Irving Shipbuilding investira 0,5 % des revenus du contrat dans des projets qui contribueront à créer une industrie maritime durable. Les engagements pris dans le cadre de la proposition de valeur concernant les navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique, actuellement en construction au chantier naval de Halifax, permettront d’allouer plus de 12,5 millions $ à des projets aux quatre coins du Canada.

Published:

Plus d'histoires