Établissement d’une chaire de recherche d’Irving Shipbuilding à l’Université Dalhousie

Une nouvelle chaire de recherche d’Irving Shipbuilding à l’Université Dalhousie contribuera à faire du Canada un chef de file mondial de la recherche marine.

La chaire d’Irving Shipbuilding en génie maritime et systèmes autonomes créera une base pour le développement durable du talent canadiens et le leadership en génie maritime et fournira un leadership en génie océanique à l’Université Dalhousie. Irving Shipbuilding apporte une contribution à hauteur de 500 000 $ en vue de l’établissement et du soutien d’un poste de titulaire de la chaire de recherche.

Le Dr Mae Seto, professeure agrégée à la faculté de génie de l’Université Dalhousie, a été nommée titulaire de la chaire d’Irving Shipbuilding en génie maritime et systèmes autonomes. De nombreux projets sont déjà en cours. Mme Seto a travaillé pendant 16 ans en qualité de scientifique de la défense à Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC). Son expérience lui permet non seulement d’entreprendre cette recherche hautement spécialisée, mais aussi d’aider les étudiants de son laboratoire à suivre ses traces.

Le DSeto et les étudiants qu’elle supervise travaillent sur des systèmes autonomes intelligents, des systèmes intelligents de lancement et de récupération à bord des navires et sur la robotique marine. Leur activité de recherche, réalisée en collaboration avec l’Ocean Frontier Institute (OFI), soutiendra de nombreux aspects de l’industrie maritime, notamment la recherche et le sauvetage, les communications sous-marines et la modélisation océanographique, dans le but de créer de la valeur économique et sociale.

Ce domaine de recherche constitue la clé du succès de l’OFI, qui s’appuie sur le développement de technologies nouvelles et innovantes pour mesurer et observer l’océan. Le Canada atlantique fait preuve d’une riche histoire en matière de détection océanique, appuyée depuis longtemps par RDDC, la Marine canadienne et l’Institut océanographique de Bedford.

Irving Shipbuilding finance le poste de titulaire de la chaire en raison de l’engagement pris au titre de la proposition de valeur dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale du Canada. Grâce à cet engagement, Irving Shipbuilding investira 0,5 % des revenus du contrat dans des projets qui contribueront à créer une industrie maritime durable. Les engagements pris dans le cadre de la proposition de valeur concernant les navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique, actuellement en construction au chantier naval de Halifax, permettront d’allouer près de 12,5 millions $ à des projets aux quatre coins du Canada.

Mae Seto, Ph. D., directrice du laboratoire sur les systèmes intelligents, accompagnée d’étudiants à l’œuvre dans son laboratoire. (De gauche à droite : Mae Seto, Hemang Purohit, Edward Gregson, Elijah Vautour, Jordan Ross et Amy Deeb; absents : Kate Svendsen, Parth Pasnani, Alexander Moore et Joel Lindsay). Le véhicule aérien sans pilote illustré repose sur une plateforme Stewart-Gough après y avoir atterri de façon autonome. Cette plateforme reproduit de façon mécanique les mouvements d’un navire en mer.

Citations

Kevin McCoy, président, Irving Shipbuilding
« Irving Shipbuilding est fier de s’associer avec l’Université Dalhousie et l’Ocean Frontier Institute. Cette recherche novatrice aborde bon nombre des sujets les plus passionnants de l’industrie maritime actuellement et contribuera certainement à faire progresser l’économie océanique du Canada. »
Dr Alice Aiken, vice-présidente de la recherche à l’Université Dalhousie
« Le Dr Seto fait avancer le secteur de la robotique marine, et ses recherches portent sur de nombreuses lacunes fondamentales dans ce domaine essentiel. Son travail est vraiment de classe mondiale, et nous sommes incroyablement fiers que cela se passe à Dalhousie. »
Dr Mae Seto, chaire d’Irving Shipbuilding en génie maritime et systèmes autonomes
« Je suis honorée d’assumer le titre de chaire de recherche en génie maritime et systèmes autonomes d’Irving Shipbuilding. Ma collaboration avec l’OFI me donne l’occasion de mener des recherches opportunes dans le domaine de la robotique marine et de mettre au point des systèmes d’observation de l’océan à la pointe de la technologie qui nous donneront une vision sans précédent de l’environnement marin. »
Amy Deeb et Jordan Ross, étudiants diplômés du laboratoire sur les systèmes intelligents, mettent à l’essai des méthodes avancées visant à faire atterrir des quadrirotors de façon autonome sur des navires en haute mer. La structure sous le quadrirotor, une plateforme Stewart-Gough, reproduit de façon mécanique les degrés de liberté d’un navire de classe particulière voguant en mer.
Published:

Plus d'histoires