Irving Shipbuilding et le gouvernement du Canada célèbrent le début de la construction du troisième navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique

Aujourd’hui, la première pièce d’acier a été taillée pour le troisième navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique (NPEA) de la Marine royale canadienne, le futur NCSM Max Bernays, à l’usine de construction navale de Marine Fabricators d’Irving Shipbuilding.

L’honorable Carla Qualtrough, ministre des Services publiques et de l’Approvisionnement Canada, a pressé le bouton sur la table de découpe au plasma pour lancer officiellement la construction du troisième NPEA, découpant un morceau d’acier qui fera partie de la quille sous les systèmes de propulsion.

« La coupe de l’acier dont il est question aujourd’hui représente un jalon important pour Irving Shipyards, le Canada et la Stratégie nationale de construction navale. Nous dotons la Marine et la Garde côtière des navires dont elles ont besoin, nous créons et maintenons des emplois d’un océan à l’autre, et nous revitalisons une industrie de la construction navale de calibre mondial ici au Canada », a déclaré l’honorable Carla Qualtrough, ministre des Services publics et de l’Approvisionnement

 Nommé en l’honneur du premier-maître Max Leopold Bernays, héros naval canadien ayant servi en tant que capitaine d’armes sur le NCSM Assiniboine pendant la bataille de l’Atlantique, le futur NCSM Max Bernays est le troisième NPEA en construction dans le cadre de Stratégie nationale de construction navale du Canada.

« Le lancement de la construction du troisième navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique qui a eu lieu aujourd’hui prouve clairement la grande efficacité de la Stratégie nationale de construction navale. Nos 1800 constructeurs de navires travaillent d’arrache-pied pour construire les trois premiers navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique alors que le pays est sur le point de rétablir l’industrie canadienne de la construction navale », indique Kevin McCoy, président d’Irving Shipbuilding.

La structure du premier NPEA de la classe Harry DeWolf, le futur NCSM Harry DeWolf, est assemblée au chantier naval d’Irving Shipbuilding, à Halifax. D’autres montages sont en cours et le lancement du navire est prévu pour 2018.

La construction du deuxième NPEA, le futur NCSM Margaret Brooke, est en bonne voie avec 28 unités en production sur les 64 que compte le navire.

Le gouvernement du Canada a lancé la Stratégie nationale en matière de construction navale en 2010 pour remplacer les flottes de surface actuelles de la Marine royale du Canada et de la Garde côtière canadienne. Dans le cadre d’un processus concurrentiel, ouvert et transparent, Irving Shipbuilding a été choisi pour construire la future flotte de combat de la Marine royale canadienne, à savoir cinq à six NPEA suivis de 15 navires de combat canadiens.

À ce jour, le chantier naval de Halifax et ses principaux sous-traitants ont engagé des dépenses s’élevant à plus de 1,9 milliard $ auprès de plus de 250 organisations à travers le Canada, dans le cadre de la modernisation des installations du chantier naval de Halifax et du programme des NPEA.

Les engagements de dépenses du chantier naval de Halifax s’étendent de Terre-Neuve-et-Labrador à la Colombie-Britannique, en comprenant la plupart des provinces et territoires au milieu tels que le Nunavut, l’Ontario et le Québec. L’entreprise prévoit une activité économique de plus de 3,17 milliards $ à l’échelle du Canada entre 2013 et 2022 grâce à la modernisation des installations du chantier naval de Halifax et à la construction des NPEA.

Published:

Plus d'histoires