Renforcement de la capacité locale de surveillance et d’intervention en cas de déversement de pétrole au Nunavut

Les conditions environnementales changeantes et les progrès en ingénierie et en technologie ont entraîné une augmentation du trafic maritime dans l’Arctique canadien. Ce changement s’accompagne de possibilités intéressantes, mais augmente également les risques. Les déversements accidentels de pétrole et d’autres substances nocives constituent un risque potentiel.

La création d’un avenir durable pour le transport maritime est essentielle pour soutenir les intérêts économiques et environnementaux du Canada. Grâce au financement d'Irving Shipbuilding, l’équipe du projet ECOSAR (Enhanced Capacity for Oil Spill Situational Awareness and Response) élabore des solutions pratiques se fondant sur la communauté pour résoudre ces problèmes.

L’un des objectifs du projet est de développer un programme utilisant des données satellitaires pour détecter les cas de déversement de pétrole. Un deuxième objectif consiste à élaborer et à mettre en œuvre un programme de formation axé sur l’intervention en cas de déversement de pétrole pour les résidents du Nunavut.

photos par: Ministère de l'environnement du Nunavut

En août 2018, l’équipe d’ECOSAR a travaillé en étroite collaboration avec le ministère de l’Environnement du Nunavut pour préparer et dispenser un cours sur l’intervention en cas de déversement de pétrole à Iqaluit, au Nunavut. Vingt représentants de toutes les régions du Nunavut ont assisté à l’atelier. Ces derniers ont bénéficié d’une formation pour devenir formateurs, dans le but de retourner dans leurs régions et aider à constituer une masse critique d’intervenants potentiels pour toutes les collectivités du Nunavut.

« Le développement durable dans l’Arctique nécessite de maintenir un équilibre délicat entre des avantages économiques favorables pour les populations locales et la gestion des risques qui en résultent pour leur environnement », a déclaré Thomas Puestow, chercheur principal du projet. « ECOSAR incitera les communautés de l’Arctique à réduire le risque lié à la navigation dans l’Arctique en renforçant les capacités locales d’intervention en cas de déversement de pétrole, atténuant ainsi les effets potentiels de la pollution marine sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance traditionnels ».

L’équipe d’ECOSAR est dirigée par C-CORE, une société de recherche et développement à but non lucratif basée à l’Université Mémorial, à St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador. C-CORE est spécialisée dans les services de conseils fondés sur la recherche et les solutions technologiques pour les environnements difficiles. Parmi les autres partenaires du projet figurent le Memorial University’s Fisheries and Marine Institute, le Nunavut Fisheries and Marine Training Consortium, et Polar View.

ECOSAR compte parmi les neuf projets de recherche financés par l’investissement de deux millions $ d’Irving Shipbuilding dans l’Institut de recherche du Nunavut. Le fonds de deux millions $ d’Irving Shipbuilding soutient la recherche appliquée à l’Arctique axée sur des domaines importants pour les collectivités de l’Arctique et le secteur maritime du Canada.

Le financement fait partie des engagements de la proposition de valeur d’Irving Shipbuilding dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale. Tandis que ses 2 000 constructeurs navals construisent la future flotte de la Marine royale canadienne, Irving Shipbuilding a engagé à ce jour plus de 12 millions $ d’investissements en propositions de valeur en faveur de la création d’une industrie maritime durable au Canada.

Published:

Plus d'histoires